Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna

Sorry, no posts matched your criteria.

Sign Up To The Newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet

    Olivier Madiba, fondateur de Kiro’o Games, le 1er studio de jeux vidéo au Cameroun

    J’ai entendu parler pour la première fois d’Olivier Madiba en septembre 2013 en lisant un article dans le journal Le Monde qui parlait de son entreprise Kiro’o Games. Je me revois dans le métro, heureuse comme si c’était mon cousin. J’avais pris la page en photo et relayé sur les réseaux sociaux.  Lorsque tu fais partie de la diaspora, toute victoire de talents locaux est une immense fierté. C’est ainsi que lors d’un voyage au pays, j’ai souhaité rencontrer Olivier et découvrir sa structure Kiro’o Games. Depuis, nous nous croisons à différents rendez-vous de la scène tech au Cameroun.

    Pour vous, lecteurs, je suis allée à sa rencontre à Yaoundé pour parler de ce qui se présente depuis trois semaines comme une vraie révolution dans l’univers du jeu mobile, sa dernière sortie : “Aurion Kajuta Gems Fighter”. Il s’agit de l’adaptation sur smartphone de leur premier jeu “Aurion, L’Héritage des Kori-Odan”. L’innovation ? Offrir aux joueurs africains la possibilité d’effectuer des paiements avec les solutions de mobile money et ceci à partir de 100 Francs CFA.

    “Pour nous, l’Afrique est un vivier de consommation de smartphones et de solutions de paiement mobile.  D’ici à 2030 le marché du jeu vidéo africain pourrait générer 720 milliards de FCFA par an, avec 100 millions de joueurs qui effectueront des paiements de 150 FCFA en moyenne chaque semaine. C’est aussi pour cette raison que nous avons rendu le jeu disponible gratuitement sur Playstore”, explique Olivier Madiba. Il est donc intéressant de voir comment l’entreprise Kiro’o Games va se positionner stratégiquement dans les prochaines années

    J’ai observé que les enfants jouent sur le smartphone de leurs parents, surtout les pré-ados, on a les ados, qui jouent beaucoup à des jeux sur console, mais ils sont plus limités en quantité. Et on a les jeunes adultes, entre 18 et 35 ans, qui jouent sur leurs smartphones. Le téléphone est un acteur clé car il est plus accessible qu’une PS5 qui coûte 327.000 FCFA. C’est environ 8 fois le smic camerounais ou le triple du loyer mensuel d’un fonctionnaire camerounais. Le smartphone est plus grand public et moins exigeant en termes de culture de jeu”, ajoute-t-il.

    Pour moi, qui suis l’aventure entrepreneuriale d’Olivier Madiba depuis 8 ans, je le trouve assez incroyable. Il faut une bonne dose de passion pour décider de créer le premier studio de création de jeux vidéo d’Afrique centrale. Nous sommes en 2004 et il est encore étudiant à l’université de Yaoundé I. Ils étaient trois à débuter cette aventure. “Ça a commencé en 2003, on faisait juste des jeux amateurs. On souhaitait conceptualiser un jeu abouti afin de se faire remarquer par Ubisoft, le tout sans formation spécifique dans le domaine du jeu vidéo. Un peu comme le football, tu fais un bon match lors de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) et des recruteurs peuvent te détecter. Très vite notre environnement nous a rattrapé, il fallait revoir notre plan.” explique Olivier.

    Ainsi, entre 2013 et 2015 avec son équipe, ils réussissent à lever 130 millions de FCFA auprès d’environ 88 investisseurs dans le monde avec leur propre méthode d’Equity Crowdfunding qu’ils ont eux-mêmes mis sur pied. Depuis 2019, une deuxième levée est en cours par le même procédé d’Equity Crowdfunding. Visant cette fois un palier de 1 million de dollars, les souscriptions s’élèvent actuellement à 686 000 de dollars sur Kiro’o Rebuntu, la plateforme d’Equity CrowdFunding du studio. Selon la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Kiro’o Games a réussi à financer, en 2018, le plus grand projet de l’industrie vidéoludique d’Afrique francophone, à hauteur de 129,87 millions FCFA (198 000 euros) par le financement participatif.

    Tout cet argent permet au studio de sortir des projets innovants tels que les bandes dessinées (déjà 2 Tomes en vente sur Amazon) et un projet de dessin animé. Voilà, j’espère que cet article vous parlera et vous donnera surtout envie de croire en vous et votre potentiel. Comme on dit : “Sky is the limit”.