Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna

Sorry, no posts matched your criteria.

Sign Up To The Newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet

    Du manioc pour produire du biocarburant

    Une innovation de taille dans le secteur pétrolier en Côte d’Ivoire. Il est désormais possible de produire le biocarburant à partir de l’amidon de manioc.

    Le projet est porté par l’entreprise ivoirienne Edindia Industry fondée par Edi Abé Valère, ingénieur industriel et son associé Frédérik N’dia.

    Edi Abé Valère est un agro-industriel et actuellement président d’une coopérative dénommée Grâce divine Agriculture basée à Akoupé, dans l’est de la Côte d’Ivoire. Issu du système éducatif ivoirien, il va poursuivre sa formation au Maroc où il va suivre des études en Agro-industriel et obtenir une certification dans cette filière en 2012, avant de revenir en Côte d’Ivoire.

    Quelques années plus tard, Abé Valère Edi se retrouve en Birmanie en 2014, puis en Thaïlande en 2015 pour parfaire sa formation en Biogaz, en SRI (Système de riziculture intensive) et en Transformation de matière agricole.

    Il est plus tard rejoint par Frederik NDIA, homme d’affaires et philanthrope avec qui ils fondent Edindia Industry SA.

    Le projet présente un double intérêt, à savoir « réduire le coût du carburant à la pompe et réduire la production de dioxyde de carbone (CO2) de plus de 60% ».

    L’objectif est clairement affiché : « Nous ne venons pas pour concurrencer les pétroliers mais pour agir en complément pour résoudre le problème de changement climatique qui est un sujet d’actualité. La Côte d’Ivoire a ratifié l’Accord de Paris. D’ici 2025, 2030, tous les pays de l’Afrique subsaharienne seront obligés de s’adapter à la transition énergétique » assurent nos entrepreneurs. Le biocarburant, selon l’ingénieur, est obtenu à partir de matières végétales. Le Brésil l’obtient à partir de l’amidon provenant du cacao, la France à partir de l’amidon de blé et du maïs.