Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna

Sorry, no posts matched your criteria.

Sign Up To The Newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet

    D’hôtesse de l’air à animatrice télé: rencontre avec Justine Gnepady TAYOU DIOUF

    “On a qu’une vie, autant la vivre pleinement et exister pour marquer ton époque. Lance-toi et  après tu pourras ajuster. C’est impératif sinon tu ne sauras jamais les surprises que cette vie te réserve.” C’est par ses mots qui définissent tellement bien son état d’esprit que je vous présente Justine Gnepady TAYOU DIOUF: maman, épouse, pratiquante de taekwondo, amoureuse de la vie et du travail bien fait. Cette ivoirienne trentenaire fait partie de mes amies depuis plusieurs années (elle a été ma dame de compagnie à mon mariage). Elle représente pour moi, une véritable inspiration. Pragmatisme, Simplicité et sens du détail font partie de ses mantras.

    C’est une femme déterminée, concentrée et qui n’hésite pas à saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent. Cela peut se comprendre aisément car petite fille – et malgré son caractère rêveur – Justine ne se laissait impressionner par personne. Elle nourissait en effet un grande confiance en elle et en ses capacités. Et elle portait un véritable mépris pour l’injustice. “Je disais toujours à ma mère : « ne t’inquiète pas pour moi maman, tout va bien, je deviendrai un jour avocate pour défendre les pauvres…  je serai une grande dame qui va parcourir le monde et les dirigeants de ce monde viendront me consulter » et elle me regardait souvent comme si j’étais une illuminée. Aujourd’hui encore,  elle me rappelle mes phrases en me disant, tu as toujours su ce que tu voulais.”

    Justine Gnepady s’est forgée un mental d’acier et une rigueur dans le travail en s’appuyant sur des modèles auxquels elle s’identifie depuis son enfance. D’une part, sa mère: C’est une femme forte, qui n’a pas peur du travail, qui est simple et qui arrive toujours à ses fins en y mettant les formes. Et d’autre part, son père: ce travailleur tatillon qui a bercé son enfance par la rigueur du travail bien fait et l’esprit d’irréductibilité. “Je leur voue un immense respect et une admiration sans fin.”

    Depuis quelques années, elle a réussi à se faire connaître et adopter par les télespectaeurs ivoiriens grâce à RTI Money. C’est une émission dédiée à la finance – mais dans un langage accessible à tous – et qui est diffusée sur la chaîne de télévision nationale ivoirienne. Une expérience nouvelle et enrichissante qui lui a permis de s’ouvrir à un autre monde qui lui était alors totalement inconnu. “C’est gratifiant de rencontrer des dirigeants du monde de la finance de mon pays et de l’Afrique en général. J’ai même eu l’honneur d’interviewer à Dakar au Sénégal, Monsieur Frederic Oudea, Directeur Général de Société Générale. C’est gratifiant de pouvoir participer à  la promotion de l’inclusion financière. C’est gratifiant de restituer en des mots simples des matières à priori complexes pour les non initiés…”

    Malgré tout, rien ne prédestinait Justine à évoluer dans l’univers de l’audiviosuel.

    Son parcours atypique débute officiellement en  2005 après un diplôme d’études universitaires général en langue anglaise. Elle répond ensuite à un appel à candidature pour être personnel navigant pour le compte de la compagnie internationale Royal Air Maroc. “Un véritable concours de circonstances: Sur un millier de requérantes, j’ai été sélectionnée et j’ai fait partie des sept ivoiriennes à travailler pour la première fois pour la compagnie chérifienne.” Elle y passe 13 longues années.Affectée aux courriers Europe et moyen Orient – sans oublier l’Afrique où elle était basée – Justine a pu capitaliser sur cette expérience au travers des différentes expériences qu’elle a eu à vivre. “J’y ai fait de très belles rencontres pendant ma vie dans les airs. Des personnes de toutes les couches sociales, de différentes nationalités et de races. Bref, c’est une richesse immense, un réseau et un carnet d’adresses intarissables. Mais celle qui m’a le plus marquée c’est la rencontre un 12 Mai 2016 de celui qui est aujourd’hui mon époux.De plus, cette expérience lui a permis d’acquérir et de renforcer au fil des années des qualités et compétences telles que la courtoisie et le sens du service, l’adaptabilité, la ponctualité, l’écoute, la minutie, la maîtrise de soi et le respect d’une bonne hygiène de vie entre autres.

    Mais en 2017, elle commence à s’ennuyer dans son travail. Elle prend donc la décision d’arrêter les vols et elle démissionne en juin 2017 sans avoir d’autres alternatives professionnelles. Mais qu’à cela ne tienne, elle n’avait pas peur de l’inconnu à cet instant précis. “En général, je suis quelqu’un qui fait les choses parce qu’elle les ressent profondément. Quand j’ai commencé à avoir des déceptions dues à certaines injustices j’ai démissionné. Je n’ai aucun regret.”

    Quelques mois plus tard, à la demande d’un ami gérant de radio, elle fait une escale radiophonique en tant de responsable des piges et animatrice radio. Elle entame donc d’une certaine manière, sa reconversion professionnelle. Et cette période de transition sera une aubaine pour elle: “Pour moi tout est possible quand on veut vraiment. Il faut juste se donner les moyens de relever les défis qui nous attendent (travail, ,préparation, adaptation). On peut avoir plusieurs vie dans une vie, il faut avoir le courage de se lancer dans le vide. Et ça m’a réussi jusqu’ici. Je sortais d’un métier très bien rémunéré sans avoir d’alternative parce qu’il fallait partir à ce moment là pour mon bien être qui n’est pas négociable. Et 3 mois plus tard, j’entrais dans un nouveau monde. C’était inattendue mais comme j’aime le dire en matière professionnelle, je suis une opportuniste qui sait saisir les bonnes occasions.”

    Par la suite, elle fait la connaissance du Journaliste et grand reporter, qui est devenu son mentor aujourd’hui: Patrick Fandio, fondateur et directeur général de la maison de production audiovisuelle Hemisphere Africa. C’est avec cette dernière que le projet de RTI money voit le jour. “Et depuis 2018, je suis présentatrice télé formée en immersion par l’un des plus grands de l’univers de la télévision française et africaine.” D’hôtesse de l’air à animatrice télé, on peut dire qu’il y a certainement un grand écart. Mais Justine ne craint pas les défis. “Si on m’avais dit que lorsque je quitterai le monde de l’aviation, j’aurai à présenter une émission de cette envergure là, j’aurais répondu « Ah bon » ? RTI Money, c’est l’histoire de ma vie, saisir une opportunité qui se présente et voilà… c’est la preuve qu’avec du travail, de la persévérance, et la prise en compte des critiques constructives, on peut faire bouger les lignes.”

    Chaque semaine, Justine Gnepady TAYOU DIOUF et son équipe suivent un planning au mécanisme désormais bien rodé.  Cela commence tout d’abord par une réunion de rédaction avec toute l’équipe de rédacteurs, de cadreurs, de réalisateurs et de chargés de production. Ils “phosphorent” tous ensemble sur les différentes thématiques à aborder. Ils en définissent les angles, puis ils font la répartition du travail. Ensuite, chaque entité fait ce qu’elle a à faire. “Je contacte moi-même toujours mes invités. J’y tiens absolument à ce premier contact.” Ensuite, Justine écrit ses lancements et ses questionnaires qu’elle transmet pour validation à son rédacteur en chef. La production programme les tournages et le jour indiqué avec les cadreurs. Et l’enregistrement a lieu avec le reste de l’équipe technique. “Je passe au montage sur le volet édito, puis à l’assemblage. C’est une chaîne qui est bien huilée où chaque maillon a un rôle déterminant. C’est le lieu pour moi de rendre hommage à tous mes collègues de Hemisphere Africa.”

    En parallèle à l’animation, Justine donne de son temps et de son énergie à des activités non lucratives et du bénévolat. Lorsqu’elle n’est pas devant les écrans, elle est à l’écoute d’autres jeunes femmes. “J’accorde beaucoup de temps à mes mentees et elles me le rendent bien. La transmission est importante pour moi. En tant que mentor, j’ai eu la chance d’être formée au centre américain ici à abidjan aux cotés de femmes talentueuses et merveilleuses de ce pays.” En général, très casanière, Justine passe beaucoup de temps en famille pour recharger ses batteries. Elle pratique aussi tous les week-end, un sport de combat, le Taekwondo: “ Je détiens la 2ème ceinture bleue en ce moment et j’aspire à la ceinture rouge, celle qui précède la noire.”

    D’hôtesse de l’air à animatrice télé, quelle sera la prochaine étape pour Justine Gnepady TAYOU DIOUF? “Pour l’instant, j’aime le faire, jusqu’à quand ? On verra bien.(sourire)”

    .