Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna

Sorry, no posts matched your criteria.

Sign Up To The Newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet

Côte d’Ivoire : Comment les acteurs de l’industrie culturelle s’adaptent face à l’impact de la pandémie ?

La pandémie de COVID-19 a amplifié la volatilité préexistante des industries créatives. En raison de la nature complexe de leur travail, les artistes et les professionnels de la culture sont particulièrement touchés et les mesures de confinement prises dans le monde entier ont eu un impact direct sur l’ensemble de la chaîne de valeur créative – création, production, distribution et accès. Entre les annulations des concerts et spectacles, l’interdiction des rassemblements, et la fermeture des bars et maquis, la jeunesse ivoirienne a trouvé refuge sur internet.

On est vendredi, il est 19 heures à Abidjan, lumière tamisée, téléphone connecté, haut-parleurs en place je suis prête à recevoir les « Spiritual Vibes » de Jeune Lio. Tout comme moi une centaine de personnes sont connectées pour le show Instagram de ce magicien des platines.

Cofondateur de La Sunday et Co-propriétaire du Bazaar, Lionel Obam fait partie de Bain de Foule le collectif de créatifs qui a révolutionné le divertissement à Abidjan. 

Avec la venue du COVID-19, cet entrepreneur d’origine camerounaise vivant à Abidjan fait partie de ces jeunes qui ont fait preuve d’innovation pour continuer d’exercer leur passion.

« J’ai été un peu inspiré par D-Nice un DJ américain, j’ai vu une opportunité pour nous les DJ de continuer à vivre dans l’esprit des gens et partager notre art, en plus aucun DJ ne le faisait encore à Abidjan »

lionel-obam-dj-cote-divoire

Pour Lionel, il était impératif de garder le lien avec son audience. Le rendez-vous était donc pris tous les vendredis entre 19H et 21H ; avec une bonne ambiance, et des abonnés engagés, les rendez-vous hebdomadaires de Lionel sont rapidement devenus un des incontournables du week-end.

Koffi Olomide, Meiway, Angélique Kidjo, TP Ok jazz, notre DJ en plus de «Spiritual Vibes» sa soirée Alté , enchaîne les soirées thématiques pour rendre hommage aux héros de la musique africaine.

« Africa Music Heroes était un moyen pour moi d’utiliser cette plate-forme pour mettre en avant des artistes/groupes des légendes de la musique africaine. On a tendance à rendre hommage aux légendes internationales, mais pas assez à nos héros. »

Cette lucarne lui a permis d’agrandir qualitativement son audience avec des passionnés de musique qui n’hésitent pas lui offrir des plates-formes d’expressions.

« Pendant cette période j’ai eu à animer des soirées sur la plate-forme Visiter l’Afrique, participer à des conférences qui m’ont permis d’élargir mon audience avec des passionnés de musique et des professionnels de la musique »

En effet, Lionel était l’un des panélistes de la conférence digitale sur la musique et la culture africaine : Africans in conversation. Dans sa session appelée « Vivre l’Afrique à travers des événements », il a pu partager son expérience avec La Sunday son événement qui est une day-party/mini festival qui a connu une ascension fulgurante.

Lancée en décembre 2018, sur le parking de la boutique Dozo aux deux plateaux, La Sunday cet événement avec une cinquantaine de proches et amis est rapidement devenu un festival qui accueille désormais des milliers de jeunes à Abidjan.

Loin de se laisser impressionner par la situation actuelle, Lionel et ses associés de la Sunday continuent d’organiser des sessions live sur la page Instagram de la Sunday pour divertir leur public.

Concernant la monétisation durant cette période, Lionel affirme : « Je n’ai pas réellement monétisé pour le moment à part quelques abonnés qui pour m’encourager m’envoient des pourboires sur PayPal. Mais en termes d’images, j’ai eu beaucoup plus de visibilité. J’ai pu être vu et connu par des membres influents de la musique ce qui m’a permis de participer au Africa Days organisé par « The Roots ». »

Le lundi 25 mai 2020, The Roots le groupe légendaire a organisé une célébration de 24 heures de l’Afrique et de sa diaspora. Présenté par The Bridge, le festival comprenait des sets de DJ, des performances et des conversations des quatre coins du monde. Lionel y a dignement représenté l’Afrique avec son set diversifié et entraînant.

Comme Lio, d’autres artistes issus d’univers variés, essaient tant bien que mal de s’adapter à cette crise sanitaire sans précédent et surtout d’en tirer le meilleur…malgré tout. Qu’ils soient peintres, danseurs, performeurs, slameurs, créateurs ou comédiens, ils ont compris que leur résilience et leur originalité seront un bouclier redoutable face à la monotonie de la situation.

Ce qui nous montre que l’art, la culture et la créativité restent des composantes fondamentales du quotidien de chacun. Ces éléments de créativité et d’imagination permettent de garder une ouverture sur le monde, une forme de liberté au cœur de cette “tempête”.

Article écrit en collaboration avec Afi Cakpo.