Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna

Sorry, no posts matched your criteria.

Sign Up To The Newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet

Paul Marius NKENG, fondateur de Mr Afropolitan

C’était en 2010 que j’ai rencontré pour la première fois Paul Marius Nkeng. À l’époque, il était déjà très looké Ingénieur de formation, je n’aurai jamais imaginé le croiser, 10 années plus tard, dans les rues de Yaoundé en train de développer une marque de prête à porter : MR Afropolitan. Son enthousiasme au-delà de son talent m’a donné envie de parler de son aventure entrepreneuriale. Rencontre.

Paul Nkeng est jeune camerounais de 31 ans dont le rêve fou est de maîtriser toute la chaîne de valeur de l’industrie de la mode au Cameroun​. Il a un parcours assez atypique. Ingénieur en développement business et management de projets appliqués à l’informatique, il se retrouve neuf ans après son diplôme d’ingénieur ISEN, à mettre sur pied une maison de tailoring à Yaoundé, au Cameroun. Vous l’aurez compris, c’est totalement un virement à 180 degrés. Vous devez surement vous demander comme moi comment on passe de l’un à l’autre, moi aussi figurez-vous. « On peut en effet dire que c’est un parcours atypique. Pendant 6 ans, j’ai travaillé́ en tant que consultant SAP Basic Component (architecture SAP) pour diverses entreprises du CAC 40 en France, avant de rentrer en 2017 au Cameroun pour monter mon entreprise de tailoring. Je pense que j’ai toujours été attiré par le beau en général et aux différentes modes et tendances qui pouvaient me bercer. C’est surtout vers l’année 2010 je crois, que j’ai commencé́ à m’intéresser un peu à la mode et à l’excellence que requiert le Luxe. Trois années, plus tard, je rencontre une jeune femme formidable, Nelly Wandji, fondatrice de MOONLOOK et de la galerie Nelly Wandji à Paris, qui me fait prêter plus attention à la créativité́ Africaine. Puis, l’un de mes mentors, Stéphane Diarra m’introduit véritablement dans le monde sartorial (l’art tailleur) », Raconte Paul Marius.

C’est ainsi que l’aventure commence en 2014 par un site internet, un webzine qui donnait des conseils aux jeunes hommes pour qu’ils arrivent à se distinguer au quotidien en étant de véritables : Highly Educated Gentlemen. Ces hommes du XXIè siècle qui s’accomplissent sur 3 plans principalement :

  • Social ​: est-ce qu’ils redonnent ce qu’ils ont reçu ?
  • Spirituel ​: pour quelles valeurs sont-ils prêts à se battre ?
  • Style ​: tout n’est-il pas une question de style ? Sachant que le plus important est d’avoir du style dans ses manières.

Tout un art de vivre ! La marque à travers son fondateur souhaitait montrer à une jeune génération d’africains du continent et de la diaspora, souvent en perte de repères qu’il y avait des profils d’excellence autre que les sportifs et chanteurs. Et que la progression sociale et professionnelle est possible peu importe son pedigreé. 

Alors, en 2020, c’est quoi Mr Afropolitan ?

Mr Afropolitan est une marque de mode haut de gamme pour hommes et femmes, spécialisée dans la confection de costume sur mesure. Paul Marius Nkeng ambitionne de faire un groupe à la LVMH qui valoriserait le Made In Africa dont le savoir-faire n’est plus à démontrer. En tant que spécialiste en communication, j’aime toujours savoir quelle est la proposition de valeur des marques du continent qui souvent on tendance à dupliquer des modèles occidentaux en local. Pour Isaac, l’associé de Paul Marius : « ​Mr Afropolitan aide les jeunes cadres à progresser socialement et professionnellement en boostant leur confiance en eux par leur élégance : Attitude – Manière set style. ». J’aime bien cette idée car on parle peu de confiance en soi lorsqu’il s’agit d’hommes noirs car dans nos sociétés un homme est vu comme fort, virile etc.

D’ailleurs Isaac est la personne qu’on croise à 99,9% lorsqu’on arrive au showroom de la marque situé à Elig-Essono, Yaoundé. Isaac Essomba, 25 ans est l’artisan de la maison, plus précisément le chef d’atelier. Au-delà de sa bienveillance, c’est surtout une personne qui cultive la rigueur et l’excellence, deux valeurs clés pour les deux entrepreneurs devenus amis. Ensemble, ils veulent faire du « Made In Cameroun », du moins dans le secteur de la mode, un label reconnu de savoir-faire et de qualité́.

Au fil de notre échange, je me rends compte que tout comme Paul Marius, je viens de passer franchir la barre des 3 années d’entreprise au Cameroun. Un moment de remise en question et de bilan. J’ai souhaité savoir comment il avait vécu son retour avant de plonger dans le monde de l’entreprenariat.

« Le retour fut très brutal. On ne le dit pas assez, mais devoir se réadapter à notre pays qui nous a vu grandir n’est pas du tout facile. Surtout ceux qui sont dans mon cas pour qui la vie d’adulte s’est construite hors du pays.

Entre les visions très différentes du monde, les choses qui te semblent évidentes, mais qui est de la sorcellerie pour d’autres, la fut une bonne douche froide. Ma soeur qui était rentrée quelques années auparavant ne pouvait pas me faire bien mesurer le choc qui m’attendait.

Il faut le vivre pour le croire vraiment. A distance, on ne peut pas prendre toute la mesure du retard que notre cher pays a sur tous les plans ! Et cela rend les choses tellement plus challengeant. Excitant et effrayant à la fois. 

Il m’a fallu une année pour m’adapter à ce nouvel environnement. Avec un peu de recul et de calme, on arrive à trouver des solutions. Le plus difficile vraiment a été et continue de l’être, le management des équipes. Tout est à repenser. Il faut s’insérer dans une nouvelle réalité pour moi. Des erreurs de management au début nous ont coûté pas mal d’argent. Et au quotidien, nous continuons d’apprendre. Il faut vraiment réussir à fédérer les personnes, les impliquer, et s’assurer en même temps que ce n’est pas la foire. », explique-t-il

Ces mots remplis d’authenticité et de sincérité m’interpellent car je comprends ce qu’il vit. Une fois qu’on pose le diagnostic il faut savoir avancer. D’ailleurs Paul Marius a ajouté : « Aujourd’hui, je peux dire que je suis fier de l’équipe que nous avons mis en place. Ils ont tous grandement progressé et continuent de le faire. Désormais, notre processus de confection est autonome. Nous arrivons même à intégrer des commandes spéciales en élaborant de nouveaux modèles et patron pour enrichir notre catalogue de produits. D’ailleurs, nous avons fait notre premier défilé en février 2020. Avec des modèles inédits ! »  

Et les chiffres ?

En 18 mois d’activité, dont 12 en étant formelle, ils ont réussi à finir l’année 2019 avec un bilan comptable positif, +20.000.000 F CFA de chiffre d’affaire, avec 17 millions investis :

  • 8 millions dans leur atelier showroom
    • 4 millions dans le matériel et la formation de nos collaborateurs
    • 1 million pour notre formalisation

Et le reste dans le fond de roulement. Mr Afropolitan c’est aussi une équipe de 5 personnes à temps plein, plus deux en temps partiel, dont un conseil juridique et un comptable. C’est aussi 120 costumes réalisés en une année ! Leur plan de développement sur les dix prochaines années est clair.   « Dans notre plan de développement, dans 5 ans, MR AFROPOLITAN, la marque, à distinguer du GROUP, sera la référence d’habillement pour hommes et femmes au Cameroun et la sous région : confection, notoriété, image de marque, qualité de service et produits, bon vivre pour y travailler.

Et d’ici 10 ans, nous aurons déjà mis en place les premières pierres de la seconde phase de notre développement en GROUPEMENT de marques mode et lifestyle On parlera de MR AFROPOLITAN GROUP et de ses MARQUES présentes dans au moins 4-5 villes ! » raconte Paul Marius Nkeng.

Il faut reconnaître que nous vivons dans un monde globalisé et aujourd’hui plus que jamais le Made In Cameroon et Made in Africa ont leur place. Cependant il faut se poser deux questions : à qui revient la part du lion dans le processus ? Et aussi le savoir-faire ?

Selon Paul Marius Nkeng, peu importe si tous les matériaux et matières premières sont importés, le plus important c’est la valorisation de ces derniers avec un savoir-faire local.

Vous l’aurez compris, les industries créatives ont tout autant de poids dans notre économie que l’agriculture par exemple. J’espère que cette interview vous a inspiré à croire en vos projets et surtout à vous dire que vous pouvez encore et toujours vous renouveler.