Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna

Sorry, no posts matched your criteria.

Sign Up To The Newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet

Joel Sikam, l’un des nouveaux visages de l’industrie Camerounaise

Depuis environ 4/5 ans, j’ai remarqué au Cameroun que les grandes surfaces organisent de plus en plus des semaines où elles mettent en avant les produits « Made In Cameroon ». C’est l’occasion pour nous consommateurs de valoriser nos talents et produits locaux. A ce titre, j’ai souhaité rencontrer l’entrepreneur derrière des produits ménagers que j’achetais tout le temps de la marque SIMAD.

Première surprise c’est un jeune (38 ans), Joel Sikam, qui est propriétaire de FISCO SARL l’entreprise qui est derrière la marque SIMAD. Deuxième d’une fratrie de quatre enfants il a baigné dans un environnement très business avec deux parents reconnus comme des AS des affaires au Cameroun. Sa mère était l’une des premières femmes d’affaire à faire la ligne Dubaï/Cameroun au début des années 1990. Elle a longtemps développé la filière textile du pays. Son père était l’un des plus grands commerçants du pays. Si vous maitrisez l’environnement entrepreneurial vous devez connaître l’une des entreprises de son père : AUTOCAM, spécialiste de la pièce détachée. Contrairement à son père, Joel Sikam n’a jamais voulu se contenter d’acheter des pièces à l’étranger et les revendre. Il s’est toujours rêvé en industriel.

C’est en 1997 que Joel Sikam s’envole vers la France pour finir ses études secondaires et poursuivre une  carrière dans le BasketBall. À cette période, Les enseignants camerounais étaient en grève et protestaient pour de meilleures conditions de travail. Il obtient son bac au sein d’un lycée à Saint Malo, Bretagne avant d’aller étudier à UNT, University of North Texas à Dallas. Il y obtiendra en 2010 son BBA (Bachelor in Business Administration and Finance). Après deux années au sein de la banque américaine Morgan Stanley où il travaille en tant que MBS (Mortgage-backed security) officer.

En 2012, pour des raisons familiales, il choisit de rentrer s’installer au pays. « Au début, je suis rentré pour rejoindre l’entreprise familiale. Très vite, j’ai eu envie de plus. Je décide de créer Firstransact International Services (FISCO SARL). J’opérais en tant que sous-traitant pour les entreprises internationales telles que Schlumberger, MAERSK, Cosmo Energy ou encore Addax. Ma mission était de mettre à leur disposition des produits chimiques, nettoyants pour leurs différentes plateformes. En 2015, la crise pétrolière au Cameroun a poussé certaines entreprises à partir du pays. C’est pour cette raison que j’ai décidé de créer mon usine car j’ai estimé que je ne pouvais plus me permettre d’importer des produits à l’étranger pour répondre à la demande locale. C’est ainsi que la marque SIMAD, spécialiste en produits d’entretien, de nettoyage,  est née dont le premier produit est a vu le jour, le 15 mai. » Raconte Joël.

FISCO SARL a débuté avec 7 produits (liquide de vaisselle, Eau de javel, nettoyant vitres…) contre 17 produits. C’est aussi 22 employés. Si Joel Sikam avait opté pour la revente des produits étrangers, son staff serait de 5 personnes maximales d’où l’importance de créer des industries. « Une industrie est créatrice de valeur alors que le commerce est ce que j’appelle la transition de valeur » explique l’entrepreneur. Ses modèles sont éclectiques, son père, l’économiste John Bane, Antonin Fotso, Special Advisor Africa de Total ou encore Francis Sanzouango, Directeur de Cabinet du Président du GICAM.

Chaque fois que je rencontre un entrepreneur de ma génération, j’aime toujours savoir ce qui l’anime. Chez Joël, c’est l’envie de voir le Cameroun en mouvement en misant sur la création et l’innovation. D’ici cinq ans, il se voit leader de son marché (produits locaux) dans la sous-région en ayant toujours à cœur la qualité et surtout le respect des normes internationales.  A court terme, il doute qu’une marque camerounaise puisse conquérir le monde mais à moyen et long terme oui car nous avons une population jeune et une main d’œuvre qui demande juste à être challengé.

Son dernier conseil à la jeunesse qui souhaite entreprendre ? Commencez à taille réelle, soyez réaliste et gardez à l’esprit que la résilience est une valeur qu’il faut avoir lorsqu’on se lance car le chemin est souvent rempli d’embuches.

Vous pouvez suivre Joel Sikam sur Linkedin : https://www.linkedin.com/in/joelsikam/