Corine Maurice Ouattara, l’inventrice du premier bijou connecté ivoirien

« Personne ne réussit sans effort… Ceux qui réussissent doivent leur succès à la persévérance. » Ramana Maharshi 

 

Courageuse, persévérante et déterminée. C’est par ces trois mots que je qualifierais cette femme. Elle a ce sourire omniprésent qui illumine son visage comme si elle disait constamment à la vie : « Oui, je suis là, et je suis déterminée à réussir tout ce que j’entreprends. »

« Je décide de me mettre à mon propre compte en créant, en 2012, Maurice Communication Marketing (MCM). »

Corine Maurice Ouattara est une trentenaire, passionnée d’innovation technologique et qui a la tête bien sur ses épaules. Elle est la directrice générale de Maurice Communication Marketing (MCM), une agence de communication par l’objet, d’événementiel et de développement web. Elle est aussi l’initiatrice du premier bijou connecté ivoirien, le PASS SANTE MOUSSO.

Cette titulaire d’une licence en droit privé option entreprise de l’Université Felix-Houphouët Boigny d’Abidjan a eu un parcours typique de celui de la plupart des entrepreneurs que j’ai fréquentés : « Après plusieurs stages de perfectionnement, je décide d’ajouter d’autres cordes à mon arc, par une réorientation professionnelle dans les domaines de la sécurité électronique, et la communication. Après huit années de pratique dans plusieurs entreprises, je décide de me mettre à mon propre compte en créant, en 2012, Maurice Communication Marketing (MCM). Ce rêve a été possible grâce à un concours organisé par la Banque Mondiale. »

En 2013, fascinée par la technologie QR code, elle décide de faire une formation sur ce thème afin de s’approprier ses multiples possibilités.

Mais pour Corine, le déclic est venu de l’émoi suscité par le décès tragique du mannequin ivoirien Awa Fadiga en 2014. Un fait divers dramatique qui a profondément affecté Corine… « De là est née l’envie de développer au mieux l’existant en matière de technologie dans le domaine de la santé. J’ai ensuite développé la solution PASS SANTÉ, que nous avons mieux affinée avec le concours TECHMOUSSO où, avec mon équipe, nous avons remporté le deuxième prix. »

« Les annonces sur les réseaux sociaux en cas de disparitions et d’accidentés anonymes constituent également l’une des raisons d’exister du Pass », ajoute-t-elle.

« Avec mon bijou connecté, analyses, diagnostics, interventions et tout l’historique clinique d’un patient seraient à la portée de tous les médecins, en tout temps et en tout lieu. »

C’est une véritable prise de conscience pour Corine qui se rend compte que le système de santé de son pays, la Côte d’Ivoire, est en grande difficulté quant à la gestion des dossiers cliniques. Elle martèle, convaincue : « Les hôpitaux ne s’en sortiront que s’ils sont connectés. Ainsi avec mon bijou connecté, analyses, diagnostics, interventions et tout l’historique clinique d’un patient seraient à la portée de tous les médecins, en tout temps et en tout lieu. » En effet, son gadget innovant – appelé Le Pass Santé Mousso – est un dossier médical qui apporte une réponse efficiente au personnel médical, tout en améliorant la prise en charge des malades. En général, dans le domaine de la santé, nous avons affaire à tellement d’interlocuteurs, qu’il sera certainement beaucoup plus rassurant pour un individu qui possède cet objet connecté, de savoir qu’à tout moment et en tout lieu, il peut accéder à des soins de qualité, sans nécessairement recourir à son médecin traitant.

Je m’imagine moi-même déjà en possession de ce bijou médical accroché discrètement à mon cou et qui pourrait m’éviter de répondre aux sempiternels interrogatoires dès que j’arrive dans une autre clinique que celle que j’ai l’habitude de fréquenter. D’ailleurs, en parlant de possession prochaine de cette innovation technologique pour le grand public, Corine préfère être prudente : « La commercialisation reste pour l’heure assujettie à l’autorisation des autorités compétentes. Nous espérons une réponse favorable certainement d’ici la fin de l’année. Sinon la quasi-totalité des tests ont été concluants. C’est un produit de santé publique et donc disponible pour tous. »

La production à l’échelle et la commercialisation sont sans nulle doute des défis majeurs pour le produit e-santé de Corine, qui a d’ailleurs su bien s’entourer d’une équipe d’experts pour y parvenir. « Le projet ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui sans l’aide et le soutien de toute mon équipe. Elle est composée de l’équipe de MCM déjà, car j’ai impliqué tout le monde sur ce projet. Ensuite par un développeur et un spécialiste du marketing et gestion des entreprises qui sont des collaborateurs externes à l’entreprise. J’ai décidé de travailler avec cette équipe d’une part parce qu’elle est dynamique mais aussi parce qu’elle épouse la même vision que la mienne. »

Le dynamisme de cette jeune entrepreneure dans le domaine de la e-santé est à toute épreuve malgré les difficultés qu’elles rencontrent et qui sont semblables à celles de tout entrepreneur. « Et mon statut de femme n’est ni un avantage, ni un inconvénient », indique-t-elle calmement. « Je connais plusieurs femmes qui évoluent dans le secteur technologique en Côte d’Ivoire. Cependant, il y a deux femmes en particulier que j’apprécie particulièrement : Ôman, la Maman Blogueuse et Raïssa Banhoro, la développeuse. »

« L’innovation technologique est une solution pour permettre au continent africain de faire face aux défis du millénaire. »

Dans sa progression et pour la promotion de son bijou connecté, Corine s’est rendue dans divers pays africains. Elle qui avait toujours pensé que l’Afrique en général et la Côte d’Ivoire en particulier étaient très en retard en matière d’innovation technologique, a complètement revu sa position à la suite d’un voyage au Rwanda.

« J’ai changé d’avis lors de ma participation au sommet Transform Africa 2017 à Kigali. Je me suis rendu compte que l’Afrique était terre d’avenir pour les nouvelles technologies et qu’il fallait penser développement et intégration des TIC dans les secteurs traditionnels de la santé, de l’éducation, et l’agriculture. » Elle ajoute : « De nombreux jeunes sont porteurs de projets innovants en matière de technologie et si les politiques leur apportent un soutien, ils feront de l’Afrique et de notre pays une fierté. L’innovation technologique est une solution pour permettre au continent africain de faire face aux défis du millénaire. »

Corine a des propos de leader même si elle préfère la tranquillité du back-office. C’est un véritable twist quand on sait le genre d’enfant que Corine était : « J’étais une enfant bouillante, bavarde. Mais très consciencieuse car je suis l’aînée de ma famille… »

Edith Yah Brou