5 raisons pour lesquelles je reviendrai à Vivatech Paris

Je m’étais déjà fait une idée de Vivatech en suivant de loin les trois précédentes éditions. Mais c’est en y prenant part dernièrement que j’ai pu saisir toute son intensité, sa qualité d’organisation et son attractivité pour les différents écosystèmes tech à l’international.

Arrivée fraîchement de l’aéroport, le jeudi 16 mai dans la matinée, j’ai directement débarqué avec mes valises sur le site. Il y avait déjà du monde mais avec les nombreux jeunes bénévoles présents sur le site pour nous orienter, je n’ai pas eu trop de peine à accéder à l’immense parc d’exposition de Porte de Versailles.

Voici les cinq choses qui m’ont ébahie pendant ce court séjour intense en découvertes et en retrouvailles.

  1. Des chiffres impressionnants

A vous donner le tournis ! Du 16 au 18 mai, c’était plus 9 000 startups, 1 900 investisseurs et 450 conférenciers, venus de 125 pays ! Et plus de 100 000 visiteurs. Cette quatrième édition confirme donc que le secteur des nouvelles technologies est devenu un élément essentiel des économies contemporaines et surtout de celles de demain.

  1. J’ai battu mon record de pas du mois

Oh oui, j’ai beaucoup marché. Je peux dire que j’ai effectué mon « marathon parisien ». J’ai même fait l’erreur de porter des talons pendant le premier jour (j’en souris encore en y repensant) Mes pieds ne m’ont pas dit merci ce jour-là. Le lendemain, je ne me suis pas fait prier pour enfiler mes sneakers. Du hall 1 au hall 2 en passant par les différents stands, j’étais littéralement comme une petite fille dans un magasin de jouets : je voulais tout voir et tout tester. J’ai parcouru une dizaine de fois – pendant deux jours – de long en large et de haut en bas, les 51 017 m² de superficie, le tout en slalomant pour éviter les autres groupes de visiteurs. Une véritable expérience humaine en marge des innovations technologiques présentes çà et là. D’ailleurs lors de mes différentes conversations, je n’hésitais pas à dire qu’il faudrait au moins une semaine à chaque personne pour visiter correctement chacun des stands et tester chaque technologie.

  1. Mes innovations préférées

Robot chirurgien, robot Pepper, Aeromobil le taxi volant ou drone urbain, je n’ai pas cessé d’écarquiller les yeux en naviguant entre les stands. J’ai pu également découvrir la “19_19 Concept” de Citroën, une routière 100% électrique, autonome et ultra-connectée. Il y avait Thales qui présentait sa table holographique permettant de manipuler des modèles digitaux projetés par hologrammes 3D. Si vous vouliez vous projeter dans un futur proche, c’est à Vivatech qu’il fallait être.

  1. La présence massive et remarquée des tech-entrepreneurs africains

L’écosystème de la tech en Afrique était de la partie, avec la deuxième édition de l’AfricaTech, la thématique Afrique mise en place par les organisateurs de l’événement technologique parisien. Et je pense qu’en 2020, notre présence va doubler.

Les startup soutenues par le Groupe Société Générale ont d’ailleurs pu y présenter tout leur savoir-faire et pitcher devant un public de professionnels qui venait régulièrement pour tâter les opportunités d’investissement possibles. J’ai découvert notamment l’entrepreneur sénégalais Mouhamadou Sall avec sa startup Nima Codes, qui veut simplifier l’adressage des rues avec nos numéros de téléphones portables. Il y avait également la malgache Luana Karen Andriamamonjy (que j’avais rencontré au Women In Africa Summit 2018), une vraie geek passionnée d’informatique. Elle représentait Proud Geek, une startup qui accompagne les clients vers la digitalisation de leur entreprise. Des services de consultation et d’accompagnement digital pour aider les entrepreneurs à développer leur projet, optimiser leur efficacité, accroître leur notoriété par le digital. Proud Geek propose aussi des applications logicielles axées sur le développement durable. Je n’oublie pas JouleBox qui fournit aux Africains des kits solaires dans les zones rurales et périurbaines non raccordées. Avec un argument supplémentaire intéressant : vous pouvez financer l’achat d’un kit et vous faire rembourser mensuellement avec des intérêts.

Au total, 160 entreprises innovantes d’Afrique ont participé à la grand-messe parisienne.

 

  1. Les femmes ont pris le pouvoir

Sous-représentées dans les métiers du numérique, les femmes de la tech étaient invitées à témoigner de leurs réussites afin de faire bouger les lignes. Plus de 3000 femmes…Curieuses, aux manettes, dirigeantes, entrepreneures, développeuses, visiteuses. Et surtout beaucoup d’africaines passionnées d’innovation. J’en ai rencontré certaines. J’ai été particulièrement marquée par Germine Kapita, qui réalise des études de marchés cybersécurité ou Cécile Thiakane, promotrice du FITSEDD, le Forum Africain Des Innovations Technologiques pour la Transition Énergétique, la Sauvegarde Environnementale et le Développement Durable. Les femmes ont toujours été à l’avant-garde de l’innovation technologique et il était donc essentiel qu’elles soient au cœur de la réussite de cette édition de Vivatech.